Sigonce 04 Mes souvenirs

 

La chasse au dahu.

 

La chasse au dahu, petit herbivore à quatre pattes, n'a pas été épargnée dans nos occupations.

Le village étant entouré de collines, les caractéristiques de cet environnement étaient donc propices à sa capture.

Pour protéger l'espèce, nous respections certaines règles : la taille, le nombre de prise et chaque chasseur devait être accompagné par un jeune du village !

 

Il nous fallait pas mal de temps pour trouver "l'oiseau rare" se conformant aux règles et méritant sa participation.

Si je me rappelle bien un jeune de notre âge, venant passer ses vacances d'été dans notre village, a été volontaire pour remplir ce rôle.

En lui ayant auparavant bien expliqué la manière de pratiquer cette chasse.

L’animal, n’ayant pas ses membres gauches et droits de la même longueur, devait toujours se déplacer sur des terrains inclinés.

 

Pour en attraper un, il suffisait d'utiliser l'effet de surprise !

 

Le procédé le plus simple était de faire du bruit à son passage. 
En se retournant sur lui-même, immanquablement il se retrouvait déséquilibré et emporté par son élan dévalait la pente.

Il ne restait plus alors qu’à l’approcher, l’assommer et le mettre dans un sac.

 

Notre "Intrépide vacancier" devait être bien équipé pour l'occasion !

 

Des casseroles pour le bruitage, un gourdin pour l’étourdir et un sac de toile pour le récupérer.

Sans oublier des gants et évidemment être bien harnaché pour ne pas se faire mordre ou griffer par l’animal et se protéger de la fraîcheur de la nuit.

 

Je laisse votre réflexion l'imaginer dans cet accoutrement !

 

Il lui était précisé enfin de ne surtout pas bouger et être silencieux tant qu'il ne sentait pas sa présence l'approcher.

Tout en lui expliquant que l'animal est assez craintif, méfiant et pour terminer actif que la nuit.

Il fallait aussi éviter d'aller le piéger à la pleine lune ... trop de lumière dans le ciel !

 

Durant la nuit, nous nous sommes dirigé pour cette expédition dans la campagne environnante à flanc de coteau ... évidemment !

Avec un sandwich, une bouteille d’eau et une lampe de poche qui l’aideront à patienter.

Lui indiquant que nous allions nous poster ailleurs et reviendrons plus tard.

Le temps commence à s’égrener, toujours pas de bruit si ce n’est le carillon de l’horloge du clocher qui faisait son office.

Nous étions dans l’attente … Un peu étonné, c'était il endormi ?

Puis n’ayant toujours pas de nouvelles sonores du chasseur, après réflexions … Nous retournâmes sur nos pas ... 

Il croyait que nos pas laissaient présager l'arrivée du gibier... 

Il avait bien rempli son rôle et tout en retournant au village, il nous expliquait qu’il était malheureux de rentrer bredouille. 
Qu'il en avait bien entendu un ... mais ... pas senti son approche.

Il faut préciser qu’attraper un individu pour cette chasse est assez rare et donc assez exceptionnel.

Infos complémentaires :

Les animaux possédants les pattes droites plus courtes se rencontreraient sur le versant gauche.
Les animaux possédants les pattes gauches plus courtes se rencontreraient sur le versant droit.

 

... // ...

 

Jean-Pierre Rimbaud

La chasse au dahu.

Mes souvenirs