Sigonce 04 Nos souvenirs

 

Les commerces alimentaires.


Les bouchers :
Les bouchers ont toujours été très présents dans notre commune.

Au départ, ce furent trois bouchers issus du village même : 

À leur cessation d'activité, ce furent :

Depuis leur départ, il n'y a plus eu de boucher au village.

 

Les boulangers :
La boulangerie du village, située dans la Grand'rue, a été gérée pendant de nombreuses années par le propriétaire : 

Depuis cette époque, différentes personnes venant de la boulangerie de Lurs font office de boulangers ambulants. Ils passent tous les jours de la semaine, en fin de matinée, sauf le lundi, sur la place du Village.

À son départ un boulanger s’installe à Lurs et dessert notre village durant quelques mois seulement. En attendant une solution sérieuse et durable pour la commune, c’est M. Alain Vallière, gérant du café de La Mine qui acceptera un dépôt et distribuera le pain jusqu’à la fin juin 2011.

 

(Ces boulangers qui s'étaient installés à Lurs, dans la boulangerie du village et qui étendaient leur tournée aux villages voisins : Sigonce, Pierrerue, Niozelles tout en desservant aussi les fermes qui se trouvaient sur leur passage, fabriquaient leur pain dans un four communal car la mairie de Lurs avait acheté les murs de la boulangerie en 1960, et le fond de commerce en 1963 à M. Lopez Manuel.)

 

À compter de juillet 2011, c’est Mme Sophie Fantozzi, demeurant à Sigonce, qui nous apportera notre pain quotidien tous les jours vers 11h15 sauf le mercredi. En effet, notre ancien boulanger Laurent Fantozzi est devenu ouvrier boulanger à Oraison depuis le 1er février 2011 et c’est de cette boulangerie que nous vient le pain. Le mercredi, jour de fermeture hebdomadaire de cette boulangerie, c’est le Café de La Mine qui assure la distribution du pain aux habitants. De ce fait la commune est alimentée en pain tous les jours même les jours fériés.

 

Le café de la mine ayant cessé ses activités le 8 septembre 2017 ce sont les nouveaux gérants Caroline et Jean-François Verlinden qui reprennent le dépôt de pain au bar restaurant l’Amandier.

 

Suite à leur départ le 10 septembre 2018 ce sont les nouveaux gérants Marie et Christian Febbraro qui assurent la relève à compter du 5 octobre 2018 et qui mettent le pain à la disposition des habitants sauf le lundi jour de fermeture hebdomadaire.

 

Depuis le 1er novembre 2019 ce sont les nouveaux gérants du bistrot L'amandier Sandra Arnoux et Philippe Badaroux qui tiennent le dépôt de pain et en assurent la distribution sauf le lundi et le jeudi.

 

Depuis le 15 juillet 2020, c'est le jeune Loïc Cruchet qui tient un dépôt de pain, pâtisseries variées et autres... dans l'ancien bar Audibert qui est devenu épicerie depuis dans ce local, local qui appartient à la mairie de Sigonce. Ouvert tous les jours sauf le mercredi après-midi, le jeudi et le dimanche après-midi.

 

Suite à la cessation d'activité le 1er octobre 2021 de M. Loïc Cruchet ce sont les nouveaux gérants du bistrot L'amandier Céline Deranque et Christophe Ripert qui assurent le dépôt de pain et pâtisseries à compter du 05 février 2022. Fermeture hebdomadaire le mercredi.

 

La distribution du lait :
Un produit qui fut précieux, avant, pendant et après la guerre était le lait de vache.

Durant cette période, plusieurs distributeurs se trouvaient sur la commune ou en bordure.

 

Tout au début :

De nombreux habitants allaient, à travers bois, tous les deux jours chercher le lait au Revest St Martin. La marche était à la mode depuis longtemps, surtout à cette époque.

Ensuite, les années passant, on pouvait aller chercher le lait à :

Les épiceries :
Juste avant la guerre il y avait encore l'épicerie de Mme Marie Dominique,
(aidée par sa fille Marthe), sise place de la Garenne (actuellement maison Brumana).

Vers la fin de la guerre, il y avait trois épiceries principales au village :

Vers 1947, M. André Garceran qui demeurait à Mane, s’était spécialisé dans le ramassage et la revente des volailles. Il passait à Pierrerue, au Trou à Lurs, puis au moulin de Monésargues, plus connu sous le nom de "moulin des Roques", Montlaux, Cruis et retournait par Fontienne. Il avait un oncle qui demeurait à Marseille, quartier du Panier. André Garceran descendait les volailles à Marseille où une vingtaine de clients l’attendaient, et ramenait en contrepartie : riz, sardines, sucre, pâtes etc., produits très prisés à l’époque, qu’il revendait dans les alentours de Forcalquier. Finalement, vers 1951, il crée une épicerie à Mane et dessert pendant quelques temps notre commune en ambulant s’installant, place de la Mairie, un jour par semaine à heure fixe. Quelques temps après, il cèdera sa place à M. Paul Guende qui lui succèdera, en ambulant, desservant lui aussi les campagnes et les villages environnants, dont Sigonce.

"Le Courageux" de Sisteron, au fourgon jaune, est venu aussi de nombreuses années, à des jours fixes sur la place de la Mairie.

Petit à petit, certains commerçants ont disparu, laissant la place à des nouveaux, tels :

 

M. Léon Usseglio de St Etienne les Orgues qui a installé un magasin d'alimentation dans l'ancienne bergerie de M. Marius Sube, qui appartint par la suite à M. Jean Lovera.

 

Au même moment, M. Paul Guende de Cruis, ayant déjà une épicerie à Cruis, tenue par sa femme, faisait l'épicier ambulant. Il desservait les campagnes et villages environnants et venait deux fois par semaine à des points bien précis dans le village où les clients se retrouvaient.

 

M. Léon Usseglio quittant le commerce, c'est M. Paul Guende qui prend la suite, en fixe, dans ce magasin où il restera en tout 35 ans dans notre village. Durant de nombreuses années, trois épiceries étaient présentes sur le site, puis l'effectif est tombé à deux :

Le magasin Delaye disparaissant, une autre épicerie s'installe sur la place, au rez-de-chaussée de la maison Tardieu, tenue par un rapatrié d'Algérie : M. Antoine Bottela, plus connu sous le sobriquet de "Zizi", puis par Mme Yolande Cabrier.

Le magasin ferme hélas définitivement après quelques années de fonctionnement.

Le jeune Loïc Cruchet assure depuis le 15 juillet 2020, la gérance d'une nouvelle épicerie sise dans la Grand'rue, dans le local communal (ancien bar Audibert) qui est ouverte tous les jours sauf le mercredi après-midi, le jeudi et le dimanche après-midi.

Le 1er octobre 2021, le gérant de l'épicerie du village cesse son activité.

 

Les poissonniers :
Les poissonniers ont été très présents au village durant de longues années, puis petit à petit ont cessé leur activité.

 

Au départ ils étaient deux venant de Manosque :

Émile Portigliatti

Les commerces alimentaires.

 Nos souvenirs

sigonce_002_02i.pdf sigonce_002_02i.pdf : 112ko version 09 _ 11/08/2022 Pourquoi un fichier PDF ?