Sigonce 04 Nos souvenirs

 

Lieux d'échanges.

 

Les bars et cercles du village :


Il fallait bien que mineurs, chaufourniers, agriculteurs, aient une distraction à la sortie de leur dur travail. Hormis leurs occupations habituelles : jardin, chasse, pêche, ils se retrouvaient au cercle ou au bar.

(Les chaufourniers sont les ouvriers qui travaillaient à l'usine à chaux et qui s'occupaient du four).

Il y avait un cercle, route du monument où ils se réunissaient tous au rez-de-chaussée de l'ancienne maison Oblé Maurel (actuellement Viviane Marzec). Il fut tenu pendant environ 12 ans par Mme Élise Roche pendant que son mari travaillait à l'usine à chaux, puis pendant une courte durée par M. et Mme Léopold Monier. Il fut fermé aux environs de 1935.

 

Il y en avait un autre, sur le même palier que l'ancien secrétariat de mairie, ex-maison Madeleine et Clément Petit puis maison Pierre et Blanche Petit, puis maison Jean et Jacqueline Matillon et aujourd'hui salle du conseil municipal. Il fut tenu à une certaine époque par un nommé Brivet.

Il y avait aussi une cantine à l'usine à chaux qui fut tenue pendant longtemps par M. et Mme Guichard. 

Enfin pendant une longue période, il y eut 3 bars qui fonctionnaient simultanément :

le café Audibert, le café Sube et le café Alpin.

 


L'ancien bar Audibert
(propriété actuelle de la mairie).

L'ancien café Marius et Rose Sube
(propriété actuelle de madame Héléna Ruegg).

 

L'ancien café Anaïs Alpin

(propriété actuelle de Sophie et Marc Carmona).


Durant de nombreuses années ce sont plusieurs générations Audibert qui ont occupé le bar de la " rue Grande ". D'abord ce furent Valentine et Victorin Audibert, puis Élise et Paul Audibert jusqu'en 1971 et enfin Nicole et Maurice Audibert de 1971 à 1998 soit 27 ans.

Durant de longues années le bar de la rue Grande était un bar tabac. Pour l'anecdote, jusque dans les années 50 environ, à l'époque où la régie des tabacs était très sévère en ce domaine, un local spécial de 5m2 environ avait été aménagé en coin de bar, à gauche en rentrant, local où étaient entreposés tabac et cigarettes (beaucoup moins variées qu'aujourd'hui). À l'intérieur il y avait une petite balance qui permettait de peser le tabac vendu au détail à cette époque. La clôture de ce local était en bois d'environ 1m de haut et le dessus était grillagé d'environ 1m aussi. Une porte pleine donnait accès au local et était soigneusement fermée à clef après chaque client servi. Par la suite ce local a disparu et tabac et cigarettes étaient exposés sur des étagères à la vue des clients qui consommaient dans le bar.

Depuis le début le bar Audibert s'appelait " Café de France ". Il devint Bistrot de Pays en 1994. Il est à noter que le Bistrot de Pays de Sigonce a été le premier de " la chaîne des bistrots de pays " à faire son pot d'inauguration dans le Pays de Forcalquier, bistrot qui avait été complètement rénové à l'époque grâce au financement Européen Leader 1.

Il fut ensuite donné en gérance à Chantal et Éric Terranova puis à Keith Smith (Kiss), puis à Charly Guidone. C'est là que le bar a été rebaptisé " Café de la Mine ". C'est enfin Jeannine Court et Alain Vallière qui en ont pris la succession jusqu'au 8 septembre 2017.

À l'initiative de la municipalité, un nouveau bistrot-restaurant a été construit, place de la mairie. Désormais, autochtones, vacanciers, visiteurs et touristes pourront se retrouver au "Bistrot de L'amandier".


lamandier.jpg

Le nouveau bistrot-restaurant.

 

L’amandier qui a remplacé le café de la Mine. (ex bar Audibert).


Il a été inauguré le vendredi 29 septembre 2017 à 18h30 en présence de très nombreuses personnes ainsi que nombreuses personnalités dont : M. Christophe Castaner ministre, Mme la Sous-préfète, le sénateur Jean-Yves Roux, le conseiller régional Éric Gehant, les conseillers départementaux Sophie Ballasse et Khaled Benfehrat, le maire de Sigonce Christian Chiapella et ses conseillers municipaux, les maires des communes environnantes, M. le curé de Forcalquier et bien d'autres encore...

 

Espérons que le nouveau bistrot retrouvera prochainement son ancienne appellation :

...///...

 

    Le vendredi 29 septembre 2017.

Géré par Jean-François et Caroline Verlinden qui nous arrivent de Bruxelles (Belgique).

Cessation de leur activité le 10 septembre 2018.

 

...///...

 

    Le vendredi 5 octobre 2018.

Mme Marie et M. Christian Febbraro arrivant de Pierrerue, village voisin, qui ont pris la suite. 

Hélas nos très sympathiques gérants du bistrot L'amandier : Marie et Christian Febbraro nous quittent prématurément ce 30 septembre 2019 pour raison de santé. Ils auraient souhaité accomplir les 3 ans comme prévu mais la vie est ainsi faite. Le bistrot était un lieu de rendez-vous incontournable : pour se désaltérer bien sûr, pour prendre son pain, son journal, pour passer de bons et longs moments entre amis et aussi et surtout pour déguster les bons petits plats de Marie qui est une cuisinière hors pair, véritable cordon bleu. 

 

La cuisine n’avait pas de secret pour elle : et cet aïoli, et ces pieds paquets et bien d’autres plats provençaux encore pour ne citer que ceux là. Les clients du village se délectaient ainsi que ceux des villages voisins, véritables gourmets qui prenaient très souvent rendez-vous à l’avance afin de profiter de son savoir faire et de ses grandes qualités de maître queux. Les bonnes choses durent bien un temps mais nous garderons un très bon souvenir de Marie et Christian qui n’ont pas failli à leur tâche, que nous n’oublierons pas et que nous rencontrerons toujours avec plaisir du côté de Pierrerue ou au marché de Forcalquier pourquoi pas !

 

Bonne santé et bonne retraite bien méritée à vous deux.

Marie et Christian Febbraro

Christian et Marie juste avant leur départ.

Cessation d'activité le 30 septembre 2019.

 

...///...

 

    Le 1er novembre 2019.

 

Les nouveaux gérants du bistrot L'amandier.


Bienvenue à Sandra et Philippe les nouveaux gérants du bistrot L’amandier.


Suite au départ de Christian et Marie pour raison de santé ce sont Sandra Arnoux (43 ans) et Philippe Badaroux (48 ans) en provenance de La Bastide des Jourdans dans le Vaucluse (84) qui ont été retenus par la municipalité pour leur succéder.

 

Ainsi depuis le 1er novembre 2019 le bistrot L'amandier a rouvert ses portes pour le bonheur de tous.

 

Ce couple sympathique est à votre disposition du mardi au dimanche à partir de 07h30.

 

Vous pourrez vous y désaltérer ou vous restaurer à votre guise en ce lieu incontournable du village où se rencontrent de nombreuses personnes au quotidien. Dès 08h00 vous pourrez aussi vous procurer votre baguette (car ce lieu fait aussi office de dépôt de pain) ou lire vos journaux habituels en savourant votre petit café du matin. À l’occasion, il sera possible de retenir une table au 04 92 79 77 81 pour déguster votre plat préféré ou une pizza les vendredis et samedis soir.

 

Nous leur souhaitons de réussir leur nouvelle activité professionnelle, dans notre petit village de Sigonce.

Tout en leur disant aussi "Soyez les bienvenus !!!".

 

Sandra et Philippe

Sandra et Philippe derrière le comptoir.

Cessation d'activité le 31 octobre 2021.

 

...///...

 

    Le samedi 5 février 2022.

 

Les nouveaux gérants du bistrot L'amandier.

 

Suite à la cessation d'activité de Sandra et Philippe, le 31 octobre 2021, ce sont Céline Deranque et Christophe Ripert en provenance de Cucuron dans le Vaucluse (84) qui ont été retenus par la municipalité et qui inaugurent la réouverture du "bistrot restaurant L'amandier" ce samedi 5 février 2022 à 11h00.

 

Céline Deranque et Christophe Ripert.

 

Tous les habitants ont été invités à un apéritif de présentation.

La population a été bien présente pour célébrer cette réouverture, même le soleil faisait partie de cette réunion festive.

 

À partir de ce jour, il vous sera possible de retenir une table au :

04 92 87 60 24 et à défaut au 06 50 02 10 34.

Vous pourrez vous désaltérer et vous restaurer à votre guise en ce lieu incontournable du village où de nombreuses personnes aiment aussi se retrouver pour bavarder surtout en cette période assez difficile à supporter.

 

Pour le restaurant ce sera une cuisine aussi bien familiale que traditionnelle où quelques plats de pays trouveront leur place tels : aïoli, pieds paquets, ratatouille...

 

Votre baguette de pain sera à votre disposition au quotidien ainsi que les pâtisseries (ces dernières seulement sur commande).
À compter de mars 2022, les pizzas seront là aussi (sur commande également).

 

Horaires d'ouverture :

de 07h30 à 20h00 : le dimanche ; lundi ; mardi ; jeudi.

de 07h30 ... jusqu'à plus de clients le soir : le vendredi et samedi.

Fermeture hebdomadaire le mercredi.

 

Nous souhaitons à Céline et Christophe de réussir dans leur entreprise dans notre petit village de Sigonce.

Tout en leur disant aussi "Soyez les bienvenus parmi nous !"

 

...///...

 

Les bars du village :

Précédent article publié : 10/11/2004

 

Il fallait bien que : mineurs, chaufourniers, agriculteurs, aient une distraction à la sortie de leur dur travail. Hormis leurs occupations habituelles : jardin, chasse, pêche, ils se retrouvaient au bar.

(Les chaufourniers ce sont les ouvriers qui travaillaient à l'usine à chaux et qui s'occupaient du four).

 

Il y avait un CERCLE où tous se réunissaient, au rez-de-chaussée de l'ancienne maison de M. Oblé Maurel, actuelle maison Viviane Marzec, route du Monument. Il fut tenu durant environ 12 ans par Mme Élise Roche, pendant que son mari travaillait à l'usine à chaux, puis pendant une courte durée par M. et Mme Léopold Monier. Il fut fermé aux environs de 1935.

 

Puis il y en eu trois durant de longues années :

Mme Nicole Audibert.

Mme Nicole Audibert.

 

 

Petit sachet de sucre en poudre que Mme Nicole Audibert mettait dans la sous-tasse à l'époque où le bar s'appelait Bar tabac Audibert.

Malongo personnalisez votre sucre tel. 93 29 08 98

Mme Rose Sube devant son bar.

Mme Rose Sube devant son bar avec des membres de sa famille.

 

Dans ces deux bars principalement on tapait la belote ou la quadrette, puis plus tard la contrée, la manille, le tarot…

Mme Anaïs Alpin et Mme Jeanne Kita.

Mme Anaïs Alpin et sa fille Mme Jeanne Kita.

 

Sans oublier que tous les soirs il y avait sept ou huit parties de boules sous les platanes ou sur la place.

 

Émile Portigliatti

Lieux d'échanges.

 Nos souvenirs

sigonce_002_06g.pdf sigonce_002_06g.pdf : 734ko version 07 _ 02/04/2022 Pourquoi un fichier PDF ?