Sigonce 04 Nos souvenirs

 

Distractions et festivités.


Une troupe théâtrale :

Durant la dernière guerre de 1939-1945, une troupe théâtrale a vu le jour à Sigonce, à l’initiative et sous la direction de M. Alfred Piozin, chef comptable à la mine.

 

Les acteurs bénévoles étaient nombreux car c'était pour la bonne cause. Ils avaient décidé de jouer des pièces à Sigonce et dans les villages voisins tels que Lurs, Cruis… , et l’argent récolté était remis à une association départementale telle que La Croix-Rouge, ou le Secours National qui envoyaient des colis aux prisonniers de guerre. 

 

Dans les années 40, tous ces acteurs se retrouvaient chez Suzanne Piozin pour répéter et pour boire un bon café chaud d’orge, mélangé à du café quand il y en avait.

 

Deux pièces de Georges Courteline étaient au programme : Les Boulingrin et la Paix chez Soi. Le spectacle se terminait toujours par un tour de chant avec les chansons de l’époque : le complet gris, la romance de maître Patelin et le temps des cerises.

 

Nous citerons quelques acteurs : Léopold Sube, Rose Espinelly, Marcelle Piche, Jeannette Ughetto, Georgette Espinelly, Francis Mansoura, Paul Robin, Inès Ghigo, Elise Blanc, Alberte Sube, Suzanne Piozin, Évelyne Ghigo, Julien Espinelly, Alfred Piozin, Robert Théric, René Ughetto, et bien d’autres encore… 
Julien Espinelly qui était le pince sans rire de service, annonçait : "il arrive, il est là, il est même un peu là, ce chanteur plein de charme, c’est Francis Mansoura".

À Sigonce, les représentations étaient données à l’école. Malgré cette ambiance de guerre, cet avenir incertain, ces acteurs bénévoles qui avaient le sens du devoir, de la solidarité, avaient trouvé là un moyen simple, mais efficace pour, en même temps : distraire les villageois qu’ils côtoyaient, et leur faire oublier leurs soucis, l’espace de deux ou trois heures, et faire un geste, si modeste soit-il pour ces prisonniers qui voyaient ainsi que l'on ne les oubliait pas.

 

Les comédiens pour la bonne cause.
Un groupe d’acteurs dans la cour de l’école de filles de Sigonce en superbe tenue.
De gauche à droite : Rose Espinelly, Marcelle Piche, Jeannette Ughetto, Georgette Espinelly, Inès Ghigo, Léopold Sube, Évelyne Ghigo, Suzanne Piozin, Alberte Sube, et Élise Blanc.

 

Les salles étaient combles :
Pendant la guerre, durant les années de 1942 à 1945 environ, il y avait, malgré les évènements, des séances de cinéma au village.

Après la guerre et durant de longues années, ce fut l'euphorie, les salles étaient combles !!!

 

En 1990, une association, loi 1901, voit le jour : c’est "Le Ciné-Club de Sigonce", présidée par M. Gérard Dorléans.
C’est la F.O.L (Fédération des œuvres laïques) qui fournit les films et le matériel de projection et ce, durant 5 ans environ. Les films sont projetés dans la salle de classe des grands.

Les projectionnistes qui se sont relayés à cette époque furent : Gérard Dorléans, Yves Garcia et Serge Garcia.

 

Une fois par mois un théâtre réputé venait au café Alpin : "La troupe Constant".

Des pièces de Molière, Racine, ainsi que des pièces comiques comme : Pitalugue y furent jouées.

 

Pour l'anecdote, un marcheur indépendant, M. Camille Cornet, venait à pieds, une semaine à l'avance pour coller les affiches de la représentation suivante, dans les communes où la troupe viendrait se produire. Il n'avait pas trop de difficultés de ce côté-là car il avait fait le Paris-Strasbourg à pieds et il était arrivé dans les six premiers.


Après la guerre, il y avait le bal tous les samedis et les dimanches au café Alpin.

Deux jeunes gens partaient à vélo à Forcalquier pour aller le chercher. Au retour, l'un portait l'accordéon sur son dos et l'autre l'accordéoniste sur la selle pendant qu'il pédalait, assis en retrait sur la barre transversale. Plus tard, ils allèrent le chercher à moto.

 

Les trois autres accordéonistes qui jouèrent alternativement pour animer les soirées furent :

Banon avec son accordéon, Viel et Mansoura avec leur accordéon piano animèrent très souvent ensemble ces folles soirées de l'après-guerre au café Alpin (aujourd'hui maison Sophie et Marc Carmona).

 

Dans les années 1947-1948, M. Robert Jaumard, bijoutier à Forcalquier, venait animer des soirées dansantes les lundis soirs de la St Claude par exemple ou pour d’autres occasions festives en cours d’année. Il arrivait avec sa traction noire, s’installait sous le balcon Tardieu, plaçait pick-up et ampli à l’intérieur de la traction et les hauts-parleurs sur le toit de la voiture. Il se définissait comme étant "l’orchestre invisible et infatigable", orchestre qui a amusé beaucoup de danseurs émérites qui ont évolué sur la piste ciment que des bénévoles refaisaient chaque année à l’occasion de la St Claude.

Cette piste se situait face à la remise Alpin (actuelle maison Alex Serrano) et la maison Tardieu.

 

Se tenaient, aussi au café Alpin, une fois par an les banquets :

Les fêtes patronales de la St Claude eurent toujours un grand succès et attiraient des centaines de personnes de la région et de nombreux forains habitués qui n'auraient pas manqué cette fête pour rien au monde.

De nombreux orchestres réputés de Monte-Carlo sont venus durant de nombreuses années pour la St Claude et de très bon orchestres tels que :

Le Rythme Vagabond

Le Rythme Vagabond où certains reconnaîtront : Mario Ansaldi à l'accordéon, Raphaël Olivo à la guitare,  Frédo Biélak à la batterie, Francis Isnard à la contrebasse et Léo Roux à l'accordéon et au saxo.

 

Le Stella-Jazz

Le Stella-Jazz animé par : Jean Pardigon au piano, Jean Figuière au saxo, la talentueuse chanteuse Mady Olivo, Pierrot à la batterie, Marcel dit "Caille" à l'accordéon, Pierre Téchène à la trompette et Raphaël Olivo à la guitare.

 

St Claude.

Ancienne statue de St. Claude.  Nouvelle statue de St. Claude.

À gauche la vraie statue de St Claude, volée le 4 août 1972, et celle qui l'a remplacée.

M. Louis-Jean Ughetto, qui était gendarme à l'époque et dont sa famille était issue de Sigonce, avait refait cette statue et en avait fait don à la commune. Il avait la passion de la sculpture.

 

Émile Portigliatti

Distractions et festivités.

 Nos souvenirs

sigonce_04300_07c.pdf sigonce_04300_07c.pdf : 474ko version 03 _ 26/10/2018 Pourquoi un fichier PDF ?