Sigonce 04 Nos souvenirs

 

Sigonce ... École communale de Sigonce.

 

Que de kilomètres à pied pour aller à l’école !

 

Durant les années 1935-1950 et encore un peu après, certains élèves demeurant aux écarts et même très loin de la communale ont usé force chaussures durant plusieurs années sur les routes ou à travers les collines pour arriver à l’école.

 

En toutes saisons et par tous les temps ils réglaient leur marche pour arriver à l’heure. Ils n’étaient jamais absents sauf pour maladie sérieuse ou cas de force majeure. 
Qu’il pleuve ou qu’il neige à 16h30 ils repartaient à pied et la nuit était souvent leur compagne. S’ils étaient mouillés à l’aller ils le restaient toute la journée. À une certaine époque ils étaient nombreux dans ces cas-là.

 

Pour n’en citer que quelques-uns :

 

Odette et Simone Cabrier de Combe Bourdelle
Yves Bourgue de La Colle Montlaux
Paul Bouchet des Crépons Lurs (le seul qui venait à vélo)
Yvon, Jean, Colette et Gilbert Cabrier de la Basse-Sautée
Georges, Gabrielle, Gilberte, Guy, Georgette et Germain Maffren de la campagne Queyrel Lurs
Alain Depieds de Combe Bourdelle 
Jeannot Emblard des Rousses
Julien Boivin de St Jean
Marcelle et Gilbert Blanc du Vivier
Claude Magnan de Pavoux

Vincent Delucas de la campagne La Chapelle, route de Forcalquier

Michel Gastaldi de la campagne Taterre, route de Lurs

Bien d’autres encore dont les noms m’échappent…

 

Certains ont eu comme enseignants à ces diverses époques :

 

MM. Adolphe Isoard 
Aimé Testanière
Marcel André
Jean Pin
Pour ne citer que les principaux à être restés assez longtemps à Sigonce.
Bien d’autres encore…

 

Les élèves restaient dans le primaire à Sigonce jusqu’au certificat d’études c'est-à-dire environ jusqu’à 14 ans.

Ils se dirigeaient ensuite soit vers un centre d’apprentissage à Digne les Bains par exemple, soit ils abordaient le secondaire en rentrant directement en 5ème afin de poursuivre leurs études et enfin pour certains rentrer directement à la mine leur seule planche de salut et ainsi avoir du travail sur place.

 

En ce temps là, il n’y avait pas de voitures ou de bus qui vous prenaient et vous laissaient devant l’école ou près de votre domicile comme aujourd’hui.

 

C’était la dure vie en quelque sorte mais personne ne s’en plaignait.

 

Certains peuvent penser que c’était invraisemblable mais pourtant c’était comme cela autrefois !

 

Que les temps ont changés !

 

Émile Portigliatti

École communale de Sigonce.

 Nos souvenirs

sigonce_04300_36c.pdf sigonce_04300_36c.pdf : 70ko version 03 _ 13/07/2020 Pourquoi un fichier PDF ?