Sigonce 04 À découvrir

 

Sigonce ... Il était une fois ... L'usine à chaux.

 

Le village de Sigonce, situé à 9km au Nord-Est de Forcalquier, est posé sur un monticule au confluent des ruisseaux de Barlière et des Gaillardons, souvent secs en été. Au pied de l’escalier de la mairie, nous nous trouvons à 502m, altitude idéale, et la commune s’étend environ sur 2000ha. Notre village est aujourd’hui un lieu où vivent 324 âmes, sûrement plus en 2005 avec le nouveau recensement, lieu aussi de tourisme, de vacances, enfin un havre de paix par excellence.

Exploitées depuis l’an 921, les carrières à chaux de Sigonce furent utilisées artisanalement, puis industriellement.

C’est en 1836, que la commune jusqu’alors rurale connut un tournant décisif : une ordonnance royale commanda l’ouverture de concessions pour l’exploitation de couches de lignite et, dans la foulée, les fours à chaux se modernisent, les carrières de pierres sont ouvertes.

 

C’est ainsi que la vie du village va être transformée pour plus d’un siècle. Mineurs, chaufourniers et paysans l’animent de concert.

(Les chaufourniers ce sont les ouvriers qui travaillaient à l'usine à chaux et qui s'occupaient du four).

Les derniers propriétaires connus furent : MM. G. Lauzier puis Paul Boursier et enfin Émile Boursier. 

 

Etablissement Paul Boursier & Fils Cadets, Successeurs

 

C’est en 1921, que les carrières furent achetées par M. Paul Boursier, grand industriel marseillais, suite à un concours de circonstances inattendu qui fut bénéfique pour la prospérité et l’avenir du village. M. Paul Boursier fut chargé par la marine nationale de renflouer le cuirassé "Liberté", coulé par l’explosion de sa cargaison de poudre en 1911, dont l’épave se trouvait toujours dans la rade de Toulon.

 

En vue de pourvoir à l’aveuglement des voies d’eau du navire, des liants hydrauliques durent être employés, ce qui conduisit M. Paul Boursier, à l’achat des carrières à chaux de Sigonce, susceptibles de fournir les produits de colmatage nécessaires. Après le renflouement, le cuirassé fut mis en cale sèche, puis démoli par les établissements Paul Boursier. En 1940, il cèdera à son fils cadet Émile l’usine de liants hydrauliques de Sigonce.

 

Les calcaires qui donnèrent la chaux hydraulique de Sigonce proviennent des dépôts lacustres de l’Aquitanien, calcaire de Beauce faisant partie des terrains tertiaires. La carrière exploitée, formée de bancs compacts, se développait sur un front de 200m de largeur et de 20m de hauteur. Cette chaux qui fut d’abord beaucoup utilisée sur place, et dans la région, connut une renommée européenne, voire mondiale.

Ancienne usine 1921

Ancienne usine 1921 (Exploitation M. G Lauzier).

 

== ÉTABLISSEMENTS PAUL BOURSIER & FILS CADET. -- Siège social : MARSEILLE ==

 

Cette usine, grâce à l’impulsion de la famille Boursier, changea de visage et se modernisa au fil des ans. C’est ainsi qu’en 1922, elle obtint la médaille d’or à l’exposition coloniale.

 

Exposition coloniale 1922

Exposition Coloniale 1922, médaille d'or.

Sur le panneau on peut lire : Production au 1/10 de l'usine en construction à Sigonce (B.A)

 

M. Émile Boursier mena à bien sa mission de directeur compétent, dirigeant avec souplesse et gentillesse une usine de près de 50 ouvriers à une époque et ce, jusqu’en 1955, date effective de la fermeture de l’usine.

 

BATTERIE DE FOUR 1922 - Cheminées à cône plongeant.

Nota - En 1921, les fours étaient sans cheminée et sans auvent.

 

Analyse et essais de la chaux hydraulique de Sigonce (B.-A.).

 

Extraits de procès-verbaux d'éssais

EXTRAITS DE PROCÈS-VERBAUX D'ESSAIS

du Laboratoire de l'Ecole des Ponts et Chaussées - PARIS

 

Composition chimique

L'analyse chimique a donné les résultats suivants :

Silice soluble

Sable

Alumine

Oxyde ferrique

Chaux

26.32

0.88

3.60

1.95

56.40

Magnésie

Anhydride sulfurique

Perte au feu (Eau, Anhydride carbonique, etc. )

Éléments non dosés et pertes

 

0.97

0.85

8.35

0.68

 

Indice d'Hydraulicité 0.52

Paris, le 10 Mars 1924.

L'Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées, Chef du Service des Laboratoires Signé : Le Gavrian.


Essais Physiques et Mécaniques

Finesse de mouture :

Densité apparente

Il laissait au tamisage les résidus suivants :

Pesé dans une mesure d'un litre où il avait été introduit sans tassement il avait une densité apparente.

 

Echantillon tel quel : 0.890

Sur le tamis de 324 mailles

Sur le tamis de 900 mailles

Sur le tamis de 2025 mailles

Sur le tamis de 4900 mailles

0.1

1.8

10.0

14.2

 

Nouvelle usine 1924

NOUVELLE USINE 1924 (Exploitation Paul Boursier & Fils Cadet).

 

Cette entreprise locale fit vivre de nombreuses familles. Le travail à l’usine, surtout dans la carrière était très dur, mais les ouvriers et ouvrières, car il y en avait aussi comme à la mine, surent se serrer les coudes pour faire tourner leur industrie qui fit connaître notre village et notre région dans des pays fort lointains. Il y avait déjà une cantine à cette époque à l'usine à chaux. Madame Hélène Roubaud, mère de Andrée Roubaud et Madame Irène Caron (épouse Alexanian), faisaient la cuisine et servaient les ouvriers au repas de midi.

 

À la villa du directeur, il y avait une bonne. Madame Hélène Caron (Grand–mère de Georges Alexanian et Odette Moliné) qui avait cousu pendant très longtemps à l’usine, les sacs en jute servant à contenir la chaux à l’époque, avait été pressentie pour cet emploi que nous appellerions aujourd’hui femme de ménage. Elle accomplissait fort bien fort bien cette tâche et elle était très appréciée par les propriétaires des lieux. 

 

Après la fermeture, l’usine fut démantelée et vendue à un particulier pour un tout autre usage. À une certaine époque M. Émile Boursier nous avait confié que les ciments Lafarge avaient des vues sur l’usine à chaux de Sigonce.

L’usine tournerait peut-être encore ?

 


Vue partielle des bâtiments de l’usine juste avant la fermeture de celle-ci en 1955.


Ce coin si animé autrefois, est devenu depuis, très calme et on oublie parfois et beaucoup ignorent même qu’il y avait en ces lieux une entreprise prospère qui fit beaucoup parler d’elle.

 

Quelques photographies :

 

Vue aérienne des bâtiments et carrière de l'usine à chaux.

Vue aérienne des bâtiments et carrière de l'usine à chaux.

 

Une partie de la carrière à l'époque de l'usine à chaux.

Une partie de la carrière à l'époque de l'usine à chaux.

Studio MARIO Forcalquier

 

Le personnel prenant la pose.

Le personnel prenant la pose.

 

Émile Portigliatti

L'usine à chaux.

 

 À découvrir

sigonce_11c.pdf sigonce_11c.pdf : 1040ko version 03 _ 28/01/2019 Pourquoi un fichier PDF ?