Sigonce 04 À découvrir

 

Sigonce ... Qui n'a pas connu en son temps Nikita Mikalenko ?

 

Mikalenko, comme l'appelaient familièrement les habitants, était arrivé à Sigonce après avoir fuit le régime soviétique. Russe blanc (https://fr.wikipedia.org/wiki/Russes_blancs), capitaine dans l'armée russe, il avait abouti par hasard dans notre commune où il avait été très bien accueilli.

Au départ, il avait loué la maison annexe de Madame Adèle Espinelly, (aujourd'hui maison Ghislaine Garcin) où il y est resté quelques années. Puis, suite à un différent avec la propriétaire il avait quitté ce lieu. Tout de suite après, il avait trouvé une espèce de remise-cave sise rue de l'Aviasse (sur la gauche dans descente de la grande fontaine vers l'ancienne mine de lignite) qui appartenait à l'époque à M. Germain Sube, (aujourd'hui maison Lazar Tanaskovic).

 

Il s'y est installé, lui et ses nombreux chats qu'il affectionnait. Travaillant à la mine de charbon toute proche où il était lanceur de wagonnets qui partaient en direction de la gare de Lurs, Mikalenko menait sa petite vie tranquille dans le village où il se sentait bien.
Il parlait souvent de "Madame Berline", qui devait être une de ses amies, qui s'était enfuie elle aussi pour Berlin. De temps à autre il nous montrait sa photo qui tenait une place privilégiée sur une de ses étagères.

 

Avec ses bottes, prêt à arpenter le terrain...

Maison de Nikita Mikalenko

Avec ses bottes, prêt à arpenter le terrain...

Maison de Nikita Mikalenko dans les années 1950.

 

En plus de son travail quotidien, il avait 2 passions :

la pêche et la cueillette des champignons.

Mikalenko n'a jamais été malade et ne s'est jamais empoisonné.

 

Mikalenko tout sourire vient de mettre la table.

Devant sa maison, avec un de ses chats, Mikalenko tout sourire vient de mettre la table.

Pour garder la forme et sûrement le moral il faisait de plus en plus des repas bien arrosés.

Habitant pas loin de la fontaine et près du centre du village, il recevait souvent de la visite qui se tenait sur le seuil, par manque de place, lui apportant quelques denrées pour améliorer son quotidien. Ce n'était pas faire l'aumône mais simplement rendre service à une personne estimée du village.

Au fil du temps, ses forces et sa vigueur l'ont de plus en plus abandonné. Vu son état, le maire de l'époque : M. Oblé Maurel l'a fait hospitaliser à Forcalquier où nous allions de temps en temps lui rendre visite, ce qui lui faisait un grand plaisir de parler de Sigonce. Il y est resté jusqu'à la fin de ses jours. Il s'est éteint à l'âge de 80 ans.

C'était vraiment une figure du village qui nous quittait !!!

 

Émile Portigliatti

Qui n'a pas connu en son temps Nikita Mikalenko ?

 À découvrir

sigonce_43d.pdf sigonce_43d.pdf : 306ko version 04 _ 27/09/2018 Pourquoi un fichier PDF ?